Patrice Chéreau, le corps au travail

Projection du film

« Patrice Chéreau, le corps au travail » Stéphane Metge

le lundi 15 octobre 2018 à 19h

au conservatoire Paul Dukas

51 rue Jorge Semprun – 75012 Paris

RESERVATION OBLIGATOIRE : alexandra.dupuy@touslesdocs.org

Comment pratiquer trois arts majeurs différents, le théâtre, l’opéra et le cinéma dont Patrice Chéreau a pourtant la conviction qu’il y fait toujours le même travail ? A partir des années soixante il révolutionne les formes même de la pratique théâtrale. A l’opéra, il dépoussière un art encore enfermé dans les conventions bourgeoises du 19ème et retrouve le sens dramatique de la musique lié au sens du texte. Et puis il y a cette envie de cinéma qui le taraude depuis toujours et ne l’a jamais quitté, avec cette obsession de toujours raconter des histoires de maintenant ; même dans un film en costumes. Et dans tous ces arts, cette chose unique dans sa manière de nous montrer ce monde, la chair, désirée, aimée ou maltraitée, et la vie qui s’échappe comme le sang se répand. Dans ce film, Patrice Chéreau nous parle de ses influences, depuis la peinture que pratiquaient ses parents et dont ils lui ont transmis le goût, jusqu’aux mentors de sa jeunesse théâtrale, en passant par les cinéastes à travers lesquels il a forgé sa personnalité artistique. Ce film est une interrogation intime sur ce qu’il a traversé pendant ce demi siècle de travail, ce qu’il a espéré et ce qu’il est désormais. L’itinéraire d’une vie partagée par et pour le corps…

Ce film est une interrogation intime sur ce qu’il a traversé pendant ce demi siècle de travail, ce qu’il a espéré et ce qu’il est désormais. L’itinéraire d’une vie partagée par et pour le corps.

Courts sur l’art au MAC VAL 2019/2020

La série « courts sur l »art » présentée au MAC VAL est un écho au cycle des cours d’histoire de l’art proposés au musée chaque année. Pour chaque thématique étudiée, Tous les docs propose d’en approfondir l’exploration à travers le médium filmique. Documentaires, bribes d’archives et films d’artiste composent ces programmes où le format court permet d’articuler les enjeux critiques et esthétiques de la représentation filmée et du sujet mis en valeur.

Cycle 2019 – 2020 : « L’oeuvre nous parle »

Programme des séances

  • 18h30 : visite de l’exposition temporaire
  • 19h : Projection des films et discussion
  • 20h30 : pot amical

Mardi 15 octobre 2019 à 18h30 : Film Stolen Art de Simon Backès

En présence du réalisateur

Enquêtant sur la mystérieuse collection d' »Art volé » présentée en 1978 dans une galerie new-yorkaise par l’artiste tchèque Pavel Novak, l’auteur nous invite à partager son questionnement sur l’art envisagé comme objet de propriété, à la fois matérielle et intellectuelle. L’œuvre d’art peut-elle exister sans l’artiste ? La beauté peut-elle exister sans copyright ? (56 minutes, Le parti pris Production, CBA, Belgique, 2007)

Mardi 10 mars 2020 à 18h30 : Films La maison de Jean-Pierre Raynaud de Michèle Porte et The Good Breast and the Bad Breast de Yan Tomazsewski

Dans ces deux films courts, il s’agit du récit de l’évolution de deux oeuvres architecturales remarquables. La première rend compte de l’expérience de l’artiste Jean-Pierre Raynaud, de la conception à la destruction de sa propre demeure. Alors que la seconde nous plonge dans les méandres psychiques d’un collectionneur acquéreur d’une maison signée Richard Neutra qu’il voue à la destruction totale.

Films : La maison de Jean-Pierre Raynaud de Michèle Porte, 30 min, 1993. The Good Breast and the Bad Breast de Yan Tomazsewski, 22 min, 2019.

Venir au MAC VAL